Ce mortel ennui

Publié le par Bifsteak

flaubert.jpg
Il est des classiques qui effraient de prime abord. C'est idiot, je le sais. Mais j'avais en mémoire des souvenirs peu flatteurs sur Madame Bovary, grommelés par des voix à peine muées, aux temps où les visages portent ces ingrats bourgeons qui éclossent parfois en fleur. C'est donc avec une  extrême prudence que je me suis lancé dans ce livre. Très vite, mes a priori sont tombés. L'histoire est connue: une femme rêve d'être aimée avec fougue, aspire à une vie mondaine, au luxe, à la passion. Ces rêves sont brisés: Emma Bovary s'ennuie... et c'est captivant. Car Flaubert est ironique, acerbe, il s'évertue à détruire tout élan romantique par des traits cyniques. Nulle rêverie n'est permise à Emma Bovary: la réalité la rattrape systématiquement. L'extrait qui suit illustre ce procédé. Il se situe pendant une fête agricole, au cours de laquelle Rodolphe Boulanger déclare son amour à Emma Bovary. En contrebas, le président du jury décerne les prix...

"Et il saisit sa main; elle ne la retira pas.
"Ensemble de bonnes cultures! "cria le président.
-Tantôt, par exemple, quand je suis venu chez vous -
"A M. Bizet, de Quincampoix."
-Savais-je que je vous accompagnerais?
"Soixante et dix francs!"
-Cent fois même j'ai voulu partir, et je vous ai suivie, je suis resté.
"Fumiers."
-Comme je resterais ce soir, demain, les autres jours, toute ma vie!
"A M. Caron, d'Argueil, une médaille d'or!"
-Car jamais je n'ai trouvé dans la société de personne un charme aussi complet.
"A M. Bain, de Givry-Saint-Martin!"
-Aussi, moi, j'emporterai votre souvenir.
"Pour un bélier mérinos..."
-Mais vous m'oublierez, j'aurai passé comme une ombre.
"A M. Belot, de Notre-Dame..."
-Oh! non, n'est-ce pas, je serai quelque chose dans votre pensée, dans votre vie?
"Race porcine, prix ex aequo: à MM. Lehérissé et Cullembourg; soixante francs!"

Madame Bovary, Gustave Flaubert, 1856.

Lien: l'atelier Bovary.

Commenter cet article

Thom 21/05/2008 19:39

Rien à ajouter à ce post concis et efficace. "Falaises" est un sacré livre. Je n'en dirais pas autant de tout Adam, mais celui-ci, oui.

Bifsteak 24/05/2008 17:02


Merci de ton passage! Je dois avouer que je suis assez charmé par le style d'Adam (Passer l'hiver, Falaises, A l'abri de rien) et que pour le moment je ne m'en lasse pas...