Whisky

Publié le par Bifsteak

harrison.jpgJim Harrison nous livre une autobiographie intitulée En Marge qui ressemble à une liste d'expériences intimes, basée essentiellement sur des révélations sensuelles. Très naturellement, il consacre un chapitre de son ouvrage à l'alcool, notamment au vin (Gigondas, Vacqueyras, Bandol Domaine Tempier) qui semble "aiguillon[er] davantage l'imagination que la bière"... Je ne retiendrai pas de passage sur le vin comme vous l'aurez sans doute compris en lisant le titre de cet article, mais plutôt une anecdote liée au whisky, que voici :

"En classe de termiale au lycée, alors que j'étais plongé dans les merveilles de James Joyce, un ami et moi avons volé deux caisses de scotch Haig & Haig dans le garage d'un homme très riche. Plus de quarante ans après, je ne peux toujours pas toucher au scotch, à moins qu'il n'y ait rien d'autre à boire. Ainsi que William Faulkner, ce noble picoleur, le disait: "Entre le scotch et rien, je choisis le scotch." Plein d'espoir, j'ai versé discrètement un peu de ce Haig & Haig dans le soda d'une fille pendant une fête. "Un chien a pissé dans mon verre!" hurla-t-elle alors. Mais elle a gardé sa petite culotte."

En Marge, Jim Harrison, 2002.
 

Commenter cet article