Let's talk about sex... (3)

Publié le par Bifsteak

real.jpgJe pense que vous pensez que je ne pense qu'à "ça". On parle de "ça" plutôt que de parler de sexe. Car "ça" reste dans le domaine du merveilleux, du phantasme, "ça" c'est vague, "ça" laisse de la place au rêve, c'est du domaine de l'imaginaire. Ou bien "ça" couvre d'un voile pudique le sexe. Comme une feuille de vigne... Toujours est-il que les auteurs en parlent parfois ainsi, pour désigner la "première fois". La première fois est-elle aussi merveilleuse qu'on l'imagine ? Louis Calaferte, qui s'étend longuement sur le sujet dans La Mécanique des Femmes, le résume en deux lignes dans Requiem des Innocents :

"- J'ai mal, dit-elle. J'ai mal, puis elle ajouta deux mots tragiques:

- C'est ça ?"

Cruelle desillusion... Chester Himes l'écrit ainsi, dans La Fin d'un Primitif :

"Certes Willard s'était montré d'une douceur infinie, mais il lui avait fait mal et elle en avait gardé un souvenir déprimant. Sa passion apaisée, elle se demandait: Ce n'est que ça ? C'est pour si peu de chose que tout le monde entre en ébullition ? C'est pour ça que les Grecs, au dire d'Homère, ont lancé des milliers de bateaux sur les mers ? "

Si certains émettent une réserve, d'autres nomment les choses plus crûment. Griselidis Réal était une prostitué de Genève, de celles qui se font appeler courtisanes, pour qui la prostitution est un art. Dans son Carnet de bal d'une courtisane, elle tient le registre de ses clients, en notant leurs particularités. Dans la préface, aux éditions Verticales, 2005, nous est proposé un texte de Griselidis Réal de 1977 qui explique ainsi sa profession:

"Je me PROSTITUE -
Pour ma liberté présente et future -
Pour que ma vie explose dans un chatoiement périssable et superbe -
Je ne veux pas de vos attaches, de vos pièges, de vos chantages, de vos contrats et de vos aumônes -
Je veux me lever et me coucher quand je veux -
Je veux vous faire bander QUAND JE VEUX -
Vous éjaculerez quand je veux -
Vous me ferez jouir quand je veux -
Et vous me paierez -
Le plaisir que je donne est très cher - Je suis votre Maîtresse-Courtisane -
Et vous êtes mes valets -
Je revendique ma prostitution comme une DELINQUANCE -
Pour mieux cracher à la gueuele de vos lois - de vos prisons - de vos asiles - de vos écoles - de vos casernes -
Sur vos masturbations chimiques et électroniques, vos armes, vos uniformes et vos ordinateurs."
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Systool 03/12/2006 11:08

Sacrée Gri, un monument de Genève... :-)SysTooL